Les 10 choses à faire pour se lancer en affaires

Dernière mise à jour : 17 mai

Rédigé par Gilles De Saint-Exupéry, avocat et président-fondateur de LEX START et Samy Amroun, stagiaire en droit


Que ce soit pour l’idée d’être son propre patron, par désir de liberté ou tout simplement pour affronter de nouveaux défis, toutes les raisons sont bonnes pour se lancer en affaires. Bien qu’il existe autant de raisons pour faire le pas vers l’entrepreneuriat qu’il y a d’entrepreneurs, ces derniers ont tous en commun le fait qu’ils passent forcément par une étape cruciale : le démarrage d’entreprise. Voici alors, pour tout entrepreneur qui compte entamer cette belle aventure, 10 choses à faire pour débuter du bon pied lorsqu’on se lance en affaires.

Samy Amroun et Gilles De St-Exupéry


1- Avoir une idée et la valider

Bien que cette étape semble aller d’elle-même, puisque toute entreprise part d’une idée à la base, elle n’est pas pour autant à négliger. Parfois, on pense avoir une idée solide, mais sans qu'elle ne réponde à des besoins réels; ou inversement, une idée qu’on n’avait pas réellement considérée recèle peut-être une réelle opportunité d’affaires.


Faire valider son idée, c’est alors s’assurer que l’essence-même de notre projet entrepreneurial puisse aboutir à quelque chose de concret. Une étude de marché peut révéler beaucoup de choses sur ce à quoi vous devez vous attendre, mais on peut faire valider son idée de manière aussi simple qu’en faisant part de celle-ci à son entourage. Il est même possible et souvent très utile de trouver un incubateur ou des organismes qui offrent des formations spécialisées pour les entrepreneurs en démarrage (par exemple : PME Montréal, le SAJE, ACET, Centech, etc.), qui peuvent être un excellent moyen de valider que vous êtes sur la bonne voie. Le but de cette validation est alors de répondre à des questions cruciales en stade de démarrage qui vous feront partir sur des bases solides.


2- Entamer les démarches légales qui correspondent à votre idée

Ça y est ! Vous avez votre idée, elle est validée et prête à être mise en œuvre. Quelle est donc la suite ? Choisir sous quelle structure juridique pratiquer ses activités est souvent un bon début et un passage obligatoire. Généralement, un choix s’impose entre l’entreprise individuelle ou la société par actions, qui sont les structures les plus prisées par les entrepreneurs. Cela dit, il existe plusieurs autres structures, comme la coopérative ou la société en nom collectif, qui peuvent représenter certains avantages selon les activités de chacun.


Chacune de ces structures ayant ses avantages et ses inconvénients dépendamment de chaque situation, il est important de se faire accompagner par un avocat afin que votre entreprise démarre sur les bonnes bases légales. Un avocat pourra, par exemple, vous conseiller sur la meilleure forme juridique à adopter, incorporer votre société dans les règles de l’art et même vous guider sur le choix de nom d’entreprise.


3- Rédiger un plan d’affaire

Cette étape est tout aussi importante que les précédentes, puisque c’est celle de l’élaboration de votre stratégie d’affaires. Autant sur le plan financier qu’opérationnel, avoir un plan d’affaire solide vous permet de mieux cerner votre projet et vous assure une plus grande prévisibilité. Non seulement vous serez mieux préparé, mais vous montrerez aussi à des investisseurs potentiels que vous avez une certaine crédibilité qui les rassurera. Pour cela le “Business Model Canva” est un bel outil à votre disposition.


Un plan d’affaire conforme contient, par exemple, un portrait de l’entreprise, de ses objectifs, du personnel humain impliqué, ou encore une stratégie de vente et de marketing. C’est aussi l’occasion de faire un premier budget pour votre entreprise.


4- Planifier ses besoins financiers

Qui dit entreprise en démarrage, dit dépenses, ce n’est pas un secret. Un projet qui débute peut demander de fortes injections en capital et, forcément, rares sont ceux qui peuvent vivre uniquement de leurs revenus d’entreprise très tôt dans la vie de celle-ci. Une bonne planification financière est donc évidemment primordiale à ce stade-ci, puisqu’il est directement question de la viabilité de votre entreprise.


C’est d’ailleurs pour cela que certains entrepreneurs préfèrent garder leur emploi au début de leur projet afin de ne pas perdre cette stabilité financière sans la garantie de réussir de vivre de son entreprise. Il est toutefois impératif de vérifier que son contrat de travail ne contient pas de clause de non-concurrence, par exemple, qui vous interdirait de mener un tel projet pendant votre emploi. Dans tous les cas, il est aussi préférable d’en parler avec votre employeur et de faire preuve d’un maximum de transparence, tout en le rassurant que votre projet n’affectera en aucun cas vos performances au travail.


5- Obtenir du financement

Toujours dans l’optique de la planification financière, il est fréquent que nos apports financiers personnels à la compagnie ne suffisent pas, c’est pourquoi il est souvent nécessaire de se retourner vers des sources extérieures de financement. Ces sources sont multiples et il est important de consacrer du temps dans de telles démarches.


Outre les prêts bancaires et vos investissements personnels, il est aussi possible d’avoir recours à de multiples subventions gouvernementales pour les petites entreprises auxquelles la vôtre pourrait être éligible (celles du gouvernement fédéral, par exemple), ou encore à des incubateurs qui accompagnent les jeunes entreprises dans les différentes étapes de leur développement en fournissant notamment des locaux ou des formations forts utiles.


6- Savoir s’entourer de bonnes personnes

Que ce soit au démarrage de l’entreprise ou après le début de vos activités, s’associer avec les bonnes personnes procure des avantages indéniables. De nombreuses plateformes professionnelles en ligne permettent de trouver ce partenaire d’affaires idéal, mais ce dernier peut déjà se trouver dans votre entourage. Le réseautage est aussi une voie très prisée pour trouver des partenaires qui sont sur la même longueur d’onde que vous, par exemple dans des événements ou des formations professionnelles qui rejoignent vos intérêts.


Il est aussi important dès ce stade de commencer à faire les recherches nécessaires pour trouver les trois personnes qui accompagnent toutes les entreprises : un comptable, un avocat et une banque. L’idéal étant de trouver les professionnels qui vous suivront tout au long de votre aventure entrepreneuriale, il est pertinent de démarrer les recherches au plus tôt afin de trouver le bon fit.


7- Prévoir un budget pour le « juridique »

Démarrer une entreprise, c’est aussi beaucoup de dépenses, et nous en sommes bien conscients. Bien qu’il puisse être tentant de consacrer tout votre budget dans d’autres aspects plus tangibles, comme l’amélioration de votre produit ou dans le marketing, prévoir une portion du budget pour les aspects légaux est primordial. Que ce soit pour vous rédiger des contrats solides pour vos clients et prestataires de services ou pour vous assister dans la structuration de votre entreprise, prévoir un budget juridique n’est jamais une mauvaise idée. Dans le pire des cas, s’il n’est pas utilisé à la fin de l’année, vous aurez des fonds en plus à dépenser sur d’autres aspects de votre entreprise !


8- S’inscrire aux taxes provinciales et fédérales

Lorsque vous commencez à faire des ventes substantielles avec votre entreprise, c’est aussi signe qu’il faut s’inscrire aux taxes. Une entreprise qui exerce des activités commerciales au Québec doit alors s’enregistrer aux fichiers de la TPS et de la TVQ à partir du moment où elle effectue plus de 30 000$ de ventes taxables à l’échelle mondiale sur un trimestre donné ou sur l’année précédente. Pour savoir exactement à partir de quel moment vous êtes obligatoirement tenus de vous inscrire aux taxes fédérales et provinciales, vous pouvez toujours consulter votre comptable ou vous référer au site de Revenu Québec.


9- Ne pas négliger votre présence sur le Web

On ne saurait insister à quel point être présent et disponible sur Internet peut être vital pour une entreprise de nos jours. Même si vous ne prévoyez rien vendre en ligne ou que votre site internet n’est pas encore prêt, rien ne vous empêche de réserver un nom de domaine associé au nom de votre entreprise pour des usages futurs. Il en va de même avec les identifiants des différents réseaux sociaux, qui assurent de nos jours une certaine visibilité qu’il ne faudrait pas négliger. Avoir une stratégie de développement en ligne fait d’ailleurs partie des aspects très importants à prévoir lorsqu’on rédige un plan d’affaire.


10- Être patient

S’il fallait utiliser une métaphore pour décrire l’entrepreneuriat, ce serait certainement celle d’un long marathon. On ne se trouve pas en situation de devoir absolument réussir le plus rapidement possible, mais plutôt de se donner les meilleures chances d’arriver à point. Se donner les meilleurs moyens d’y parvenir implique notamment de garder un mode de vie sain et équilibré, de rester patient et, surtout, de profiter au maximum de cette aventure incroyable !


Conclusion


Vous aurez compris qu’il n’y a pas de recette miracle pour se lancer en affaires, mais qu’il existe certainement des étapes incontournables et communes à la majorité des entrepreneurs. Avoir une bonne préparation, c’est d’être conscient des enjeux qui attendent une entreprise en démarrage et surtout d’avoir les outils pour y faire face. Après, il ne reste plus qu’à se lancer !


Pour de plus amples informations sur les services juridiques en ligne de Lex Start visitez le www.lexstart.ca